Difficulté d’élever un enfant à haut potentiel (QI>130)

Témoignage de parents d’un enfant surdoué:

Nous avons su très tôt que notre fils était un peu différent. Dès tout petit, il allait voir d’autres enfants dans la cour de récréation et parlait en phrases bien élaborées : « Salut, enchanté de vous rencontrer. J’ai 18 mois. »

À l’âge de 3 ans, il comprenait la multiplication et la division. À l’âge de 4 ans, il écrivait des histoires et lisait des livres. Un jour, il rentra de l’école maternelle en s’extasiant devant la « délicieuse collation en forme de cylindre ». C’était une tortilla, on a fini par s’en rendre compte.

« Des amis avec des enfants plus âgés le remarquaient de temps en temps, mais on ne rebondissait pas. Dire le mot « surdoué » nous semblait si prétentieux, si ridicule. Nos trois enfants semblaient tous les trois brillants, et notre fils – l’enfant du milieu – n’était qu’au début de son développement.

A la fin de la première semaine du CP, il a dit avec férocité : « Je déteste cette école. »

Au fur et à mesure que les mois passaient, le CP n’a fait qu’empirer. Il était en colère lorsqu’il devait faire ses devoirs de coloriage. Il s’est plaint qu’il n’avait le droit de consulter que des « livres faciles » à la bibliothèque. Il nous a suppliés de lui donner de gros problèmes de maths. Les week-ends, il effectuait des recherches sur des thèmes bizarres : l’informatique dans le cloud, les gardes du palais de Buckingham, Alcatraz.

Il se plaignait tous les jours des punitions collectives de sa classe. « Pourquoi aurais-je des ennuis, nous demandait-il avec colère, alors que je n’ai rien fait de mal ? » Il était si malheureux. « Le CP est encore plus facile que le jardin d’enfants ! » nous a-t-il dit en pleurant. « Et mon professeur nous crie toujours dessus. » Il a commencé à faire semblant d’être malade régulièrement dans le but de rester à la maison pour ne pas aller à l’école.

Il a 8 ans maintenant, en CE2, mais quand j’imagine mon fils, c’est toujours le petit enfant de CP que je vois : Il a 6 ans, ses petites épaules courbées, les larmes aux yeux quand on sort de l’école. Il a l’air impuissant et désespéré. Cette année de CP ne me quittera jamais.

Nous avons demandé à son professeur de première année si elle voulait nous rencontrer, mais elle a dit qu’elle préférait communiquer par courriel. Je lui ai envoyé un courriel sincère et soigneusement rédigé détaillant mes préoccupations : comment il trouvait le travail si facile, comment il craignait que la classe ne prenne du retard, comment il n’aimait pas les sanctions collectives.

Ses réponses ont été brèves, parsemées de guillemets : Il semble être assez « sensible », écrit-elle. Il semble intérioriser les discussions en classe.

J’ai demandé s’il était possible de faire un travail plus stimulant. Elle m’a appelé au téléphone et a admis qu’elle savait que le travail était trop facile et qu’elle faisait ce qu’elle pouvait avec peu de temps et de ressources. « Je ne peux pas répondre à ses besoins », dit-elle. « Il n’y a aucun moyen que notre programme réponde à ses besoins. »

En dehors de l’école, il était généralement heureux. Nous avons eu une blague sur le fait qu’il était un homme de 40 ans coincé dans le corps d’un petit garçon.

En dehors de ses malheurs au CP il y a tant de souvenirs doux et drôles : Après avoir perdu une dent, il a écrit une longue histoire et nous expliquait ensuite le mot latin princeps après qu’il l’eut cherché.

Au musée des enfants, il a drapé des accessoires sur les pièces de dames géantes, modifiant le jeu pour nous défier aux échecs à la place. Il a demandé au coiffeur de lui faire une coupe de cheveux qui lui donnerait l’air « mature ».

Mais la première année est restée un cauchemar quotidien.

Dans l’espoir de faire la lumière sur ses besoins et nos options scolaires, nous l’avons emmené voir un psychologue pour tester son QI. Le résultat : Il était doué, très doué.

C’est le point de notre histoire où ça commence à rouler les yeux. Oui, mon enfant est doué. Est-ce que je me vante ? Non. Est-ce que je pense qu’il est plus spécial que les autres enfants ? Non. Est-ce que j’aime au moins le mot « doué » ? Pas particulièrement.

Il n’y a pas de quoi être fier, et ce n’est pas de notre faute. Ça veut juste dire que mon fils est câblé différemment. C’est un trait inhérent, un besoin spécial en fait, qui s’accompagne d’une foule d’inquiétudes.

D’abord, mon fils est très émotif et sensible. Quand le professeur a dit : « Quelqu’un a volé les blocs de maths de mon bureau, et nous allons tous subir la perte », la plupart des élèves de première année ont dit : « Ce n’est pas moi » et sont passés à autre chose. Mon enfant a souffert pendant des jours et des nuits à l’heure du coucher en chuchotant : « Maman ? La souffrance fait-elle mal physiquement ? Ou est-ce que mon professeur a choisi un mot inexact ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *