Les signaux d’alerte pour la dyslexie.

Même s’ils ne sont pas encore scolarisés, les enfants atteints de dyslexie peuvent présenter des signes révélateurs des difficultés qu’ils auront à apprendre à lire à l’avenir. Ces signaux ne doivent pas être pris à la légère, car les reconnaître tôt peut augmenter les chances de réussite à l’école. Si votre enfant est âgé de plus de 5 ans, téléchargez notre fiche d’information sur la dyslexie.

Qu’est-ce que la dyslexie ? Qu’implique-t-elle précisément ?

La dyslexie est un trouble d’apprentissage neurologique. Il s’agit donc d’un problème de fonctionnement du cerveau plutôt que d’un problème d’intellect ou de stimulation. Il semble que la dyslexie soit génétique dans de nombreux cas.

Contrairement à la croyance populaire, tous les jeunes dyslexiques n’inversent pas les lettres. Ils ne confondent pas non plus toujours les b avec les d ou les p avec les q.

Un enfant atteint de dyslexie a du mal à reconnaître les mots. Il peut oublier des lettres, les inverser ou les remplacer par d’autres sans signification pendant la lecture, ce qui affecte sa vitesse et sa précision de lecture. Certains enfants atteints de dyslexie sont performants en lecture mais ont un rythme de lecture lent. Le fait que l’enfant lise lentement ou rapidement ne fait aucune différence ; qu’il..

Environ 10 à 20 % des enfants d’âge scolaire ont des difficultés à lire. Environ 5 % sont considérés comme étant dyslexiques, selon les estimations actuelles. Si un parent ou un membre de la famille présente un déficit linguistique, la probabilité d’être dyslexique passe à 50 %.

Voici quelques-uns des signes les plus courants indiquant que votre enfant est peut-être atteint de dyslexie.

Il existe des signaux d’alerte précoces indiquant qu’un enfant pourrait avoir des difficultés à apprendre à lire plus tard dans sa vie, et ce dès l’âge de trois ans. Cependant, la dyslexie ne peut être identifiée que lorsque l’enfant commence à lire et à écrire. En réalité, jusqu’à la troisième année d’école primaire, le diagnostic n’est généralement pas posé. Votre jeune peut avoir le même problème si un membre de votre famille a eu du mal à apprendre à lire.

Voici les signes à surveiller :

  • Il a du mal à reconnaître les couleurs;
  • Il a du mal à saisir de nouveaux mots dans des activités courantes.
  • Il utilise beaucoup de termes généraux (trucs, choses, machins, etc.).
  • Il a un peu d’appétence pour tous les types de sons (rimes, comptines, mots nouveaux, etc.).
  • Parce qu’il fait beaucoup de fautes de grammaire dans les mots ou n’utilise pas les phrases de manière efficace, les autres ont du mal à le comprendre.
  • Il n’a aucun intérêt pour la lecture ou les histoires.

Consultez votre médecin ou un orthophoniste si un ou plusieurs de ces signes s’appliquent à votre enfant de 3 ans ou plus. Consultez le site de l’Ordre des orthophonistes pour trouver un orthophoniste.

On ne saurait trop insister sur l’importance de reconnaître la dyslexie dès que possible.

La détection précoce des difficultés de lecture est essentielle. Il a été prouvé qu’il est plus simple de prévenir ces problèmes que d’essayer de les résoudre une fois que l’enfant a pris du retard à l’école.En conclusion, la lecture est nécessaire à toute étude académique, qu’il s’agisse d’arithmétique, de sciences ou d’histoire. Par conséquent, les problèmes de lecture ont un impact sur les autres matières également. Les enfants qui souffrent de difficultés de lecture peuvent également avoir une faible estime de soi et faire face à une foule de problèmes émotionnels (par exemple, sautes d’humeur, manque de persévérance, difficultés).

Aider un jeune présentant des signes de dyslexie

Vous pouvez commencer à apprendre à lire à votre enfant dès sa naissance. Vous pouvez même lui proposer des activités éducatives qui l’aideront à apprendre à lire plus tard

Si votre enfant souffre de dyslexie, parlez plus lentement et énoncez les mots importants. Pour aider votre tout-petit à apprendre de nouveaux termes, utilisez un langage précis et répétez souvent le même mot pour l’aider à le mémoriser (par exemple, « Regarde la libellule ! La libellule se repose sur la fleur. La libellule a un grand corps

Vous devriez également lui parler d’une manière plus vraie que nature, plutôt que d’utiliser des mots et des phrases « pour bébé » (par exemple, dites « veux-tu boire » au lieu de « boit un coup », et ainsi de suite). Cela vous aidera à être un bon modèle pour votre enfant.

Assurez-vous que votre tout-petit vous écoute et absorbe tout ce que vous dites. Passez du temps avec lui pendant la journée à faire des activités qui favorisent les compétences linguistiques, comme lire des histoires ou réciter des comptines, jouer avec les sons des mots (par exemple, faire des rimes, décomposer les mots en syllabes). Vous pouvez ensuite poser des questions à votre enfant pour évaluer sa compréhension de

Les jeux de rôle peuvent également être utilisés pour apprendre à votre enfant à écrire. Comme les jeux de rôle sont l’occasion pour les jeunes d’imiter les adultes, vous pouvez laisser votre bambin faire semblant de prendre des commandes dans un restaurant ou de donner des médicaments à son chien malade en lui faisant prendre un crayon et du papier.

Les principes fondamentaux de l’apprentissage de la lecture

Le premier pas d’un tout-petit vers l’apprentissage de la lecture consiste à reconnaître les sons qui composent un mot qu’il entend. À l’âge de 4 ans, la plupart des jeunes adorent expérimenter les sons de leur langue. Ils sont intrigués par les rimes et la possibilité d’en créer (par exemple, assiette – chat). Un bambin qui n’est pas ent

Il est important que le garçon comprenne que les mots sont constitués de plusieurs sons, tout comme il est essentiel qu’il comprenne que les lettres de l’alphabet représentent les sons de la parole. Il sera alors capable d’identifier les syllabes et les mots écrits, de les relier à ses connaissances existantes, et ainsi de suite.

L’enfant devra combiner les mots de la phrase avec les autres mots du texte et résoudre ce qu’il lit lorsqu’il reconnaît les lettres écrites. Les enfants qui s’expriment bien auront plus de facilité à comprendre ce qu’ils lisent s’ils peuvent imaginer ce qui se passe ensuite.

Résumé de la dyslexie chez l’enfant

  • Les signes indiquant qu’un jeune va être atteint de dyslexie peuvent se manifester avant qu’il n’apprenne à lire et à écrire. En revanche, la dyslexie ne peut être diagnostiquée avant que l’enfant ait appris à lire et à écrire.
  • Il est essentiel de détecter et de remédier à la dyslexie alors qu’elle est encore mineure, afin d’éviter l’échec scolaire.
  • Si un membre de la famille présente un trouble du langage ou de la lecture, l’enfant est plus susceptible d’en développer un.

Témoignages de parents d’enfant dyslexique

#1

Pouvez-vous nous parler de vous et de votre parcours éducatif ?

Je m’appelle Kevin et j’ai 23 ans. J’ai grandi dans une famille de dyslexiques, ma sœur et mon frère sont également dyslexiques, et comme je suis le dernier, mes parents étaient sensibilisés au sujet. En 5ème année, je crois, j’ai été diagnostiqué à cause de mon professeur de français. Un orthophoniste m’a suivi qui m’a évidemment aidé.

Quelle a été la source de vos frustrations ?

Malgré cela, j’ai persisté et j’ai eu des difficultés jusqu’à la deuxième année, lorsque j’ai rencontré un professeur de physique qui m’a encouragé à me donner à fond ! Il m’a fait comprendre que même si je n’étais pas génial en tout, j’étais capable de réfléchir et d’accomplir beaucoup de choses. Il m’a vraiment poussé à le faire, et par conséquent, je suis devenu le meilleur en Pour les examens, j’avais demandé pour la troisième fois le brevet et le bac en français. Pour la petite histoire, j’ai obtenu 7 à l’épreuve écrite de français mais 17 à l’oral ! J’étais à l’aise pour parler le français, c’était ma langue préférée.

J’aimais lire, mais l’écriture restait difficile pour moi ; je pensais que dès que je terminais une phrase, je faisais une faute d’orthographe, et il me fallait beaucoup de temps pour me relire ! Puis, au cours de ma dernière année, la philosophie a attiré mon attention.Tu peux être dyslexique, galérer à écrire mais tu peux avoir des idées et aimer un texte. J’étais plus à l’aise en philosophie, car quand j’écrivais, je savais qu’on me jugeait sur les idées et pas sur mon orthographe, c’est assez libérateur ! Merci, mon bon ami. Je vous suis reconnaissant car c’est grâce à votre excellente critique que j’ai été engagé par le cabinet où vous travaillez ! En fait, mes connaissances en grammaire anglaise se sont considérablement améliorées depuis.

Considéreriez-vous le fait d’avoir une différence d’apprentissage comme un avantage ?

Franchement, je pense que cela fait une différence ! Vous avez une vision très différente du monde ! Vous développez d’autres systèmes pour vous en sortir, vous devez travailler plus dur sur certains sujets et vous développez inévitablement une certaine persévérance. Vous avez plus de créativité, vous apportez immédiatement un angle différent à une pensée ! Je ne sais pas si c’est spécifique à moi

Comment vis-tu ta dyslexie aujourd’hui ?

Lorsque je cherchais du travail, j’étais prudent quant à mon handicap. En réalité, si on me demandait quelles étaient mes « limitations » lors des entretiens, je citais que je n’étais pas un écrivain professionnel !Je craignais qu’on se moque de mes compétences en orthographe et en lecture, et que les recruteurs découvrent que je n’étais pas aussi forte que je l’avais laissé paraître lors de l’entretien, qu’ils me considèrent comme une ratée. En réalité, j’ai découvert que personne ne me regardait de haut lorsque j’ai commencé à travailler (l’emploi actuel). C’est un poste où l’on ne me recherchait pas pour mes capacités d’écriture ! (Rires)

Un conseil pour tous les dyslexiques ? 

En tant que dyslexique, j’aimerais ajouter : ne vous arrêtez pas là ! Vous pouvez être dyslexique et aimer lire. Vous pouvez faire des fautes d’orthographe en écrivant. Peu importe le temps qu’il vous faut pour faire quoi que ce soit ; le plus important est que vous donniez le meilleur de vous-même ! Il y a des gens qui excellent dans certaines choses, mais pas dans d’autres.

#2

Enseignant et père d’un enfant dyslexique

Pendant de nombreuses années, ma compréhension de la dyslexie a été un manque de compréhension des mots et des inversions.

J’avais toujours associé l’enseignement à une bonne chose pour moi. Je mentionne cela parce qu’il existe différentes formes et degrés de dyslexie, qui peuvent rendre la vie difficile aux enfants.

Lorsque l’un de nos enfants a commencé sa première année d’école primaire, ma perception de la dyslexie a évolué. Il était extrêmement enthousiaste à l’idée d’apprendre à lire et à écrire, mais il a rapidement rencontré des difficultés.

Il a été soumis à un traitement orthophonique/logopédique pendant trois ans. Après trois ans de traitement, il s’était amélioré mais ses problèmes persistaient. Nous avons alors compris qu’il ne s’agissait pas d’un retard d’apprentissage ou d’un problème socio-émotionnel, mais plutôt d’une dyslexie. L’apprentissage du français est déjà assez difficile sans avoir à se préoccuper des compétences en lecture et en écriture. Chaque année, nous avons contacté ses instructeurs pour leur faire savoir que notre fils avait des résultats insuffisants, non pas parce qu’il n’avait pas travaillé ou qu’il était inattentif.

Grâce à sa persévérance tenace, notre fils arrive maintenant, après douze ans d’efforts acharnés, à mieux maîtriser sa dyslexie, même si elle est toujours bien présente. Récemment, un vendredi soir, je trouvais sur la table de la salle à manger, un mot sur lequel il avait écrit : Réveille-moi à 7h30 pour POSER. J’eus une petite hésitation, puis je compris. Dans sa tête, il avait pensé « pour BOSSER » .

Cela montre combien il est difficile pour un enfant dyslexique d’écrire correctement, car il doit constamment revérifier ce qu’il lit et écrit. Ils peuvent toutefois réussir s’ils en ont la ferme intention.

En tant qu’employé d’école, j’aimerais encourager mes collègues à avoir un esprit ouvert et une attitude positive lorsqu’ils ont affaire à des enfants dyslexiques, afin d’éviter de faire de l’école un enfer pour eux. Ce ne sera peut-être pas le paradis pour lui, mais il pourra progresser et surmonter ses difficultés de manière supérieure. Lorsqu’un enfant travaille dur et reçoit. Mais lorsqu’un jeune a fourni l’effort nécessaire, voire plus, et qu’il reçoit quand même un F ou même une mauvaise note, pensez à ce qu’il ressentira et à la bravoure qu’il lui faudra pour se relever et continuer à persévérer.

Nous devons donc faire tout notre possible pour offrir à ces jeunes, qui sont si désireux de progresser, la possibilité de démontrer leurs compétences en matière de présentation orale ou de composition écrite à la maison, même s’ils doivent utiliser un correcteur orthographique.

En tant que père, je voudrais rappeler aux parents d’enfants dyslexiques qu’ils ne sont pas responsables des problèmes de leur enfant, mais que tout ce qu’ils peuvent faire pour l’aider et l’encourager est apprécié, même si c’est une petite chose et même s’ils sont souvent poussés à bout par les séances de devoirs ! Je ne peux que les inciter à parler avec leur

Enfin, je voudrais encourager les jeunes dyslexiques – et n’oublions pas ceux qui ne sont pas encore en âge d’être diagnostiqués « dyslexiques », car il n’est jamais trop tard pour surmonter ce désagrément – à ne pas abandonner lorsqu’ils rencontrent un panneau indiquant : « Barrage routier »

Soyez résilient et persévérant même si vous êtes dyslexique. Cela vous poussera à vous endurcir, à surmonter les défis et à montrer les talents et capacités exceptionnels qui résident en vous.

Une réflexion sur « Les signaux d’alerte pour la dyslexie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *