Baisse du q.I.

Selon des chercheurs norvégiens dont l’étude a été publiée lundi 11 juin 2018 dans la revue américaine PNAS, les capacités cognitives diminueraient chez les générations suivantes. L’explication la plus probable, selon les auteurs, serait un environnement culturel moins favorable pour les plus jeunes.

Un score de six points au Peabody Individual Achievement Tests-Third Edition (PIAT-III) est défini comme « très supérieur » ou « exceptionnellement supérieur » Le quotient intellectuel (QI) est un nombre qui indique la capacité intellectuelle d’une personne. Si la moyenne du QI de la population globale était de 100, les personnes ayant un QI de 135 ou de

Après des centaines d’années d’amélioration de l’intelligence, on peut observer une tendance à la baisse, également connue sous le nom de « réversion de l’effet Flynn »

L' »effet Flynn » est le nom donné à une augmentation apparente de l’intelligence qui a été observée tout au long de l’histoire par le psychologue James Flynn. L’effet Flynn, qui a été avancé par le psychologue James Flynn, montre que l’augmentation de l’intelligence de l’humanité s’est arrêtée à notre époque ou qu’un déclin a commencé. Pour étudier ce phénomène, les chercheurs ont étudié de jeunes hommes norvégiens.L’objectif de l’étude norvégienne est de comparer le QI de vrais jumeaux, c’est-à-dire de personnes issues d’un milieu social similaire et ayant des gènes comparables. En effet, deux grandes théories pour expliquer l’effet Flynn intègrent la fécondité dysgénique (la notion selon laquelle les femmes ayant un faible QI ont plus de progénitures ayant un intellect inférieur que les femmes ayant un QI élevé) et le contact avec les

Les Quotient intellectuel des Norvégiens a grimpé de 3 points entre 1962 et 1975 pour les reperdre en totalité entre 1975 et 1991

À 736 808 reprises, les auteurs ont vérifié que l’effet Flynn s’était inversé. Le QI de ces frères a augmenté de 0,20 point chaque année entre la cohorte de 1962 (QI de 99,2 en moyenne) et celle de 1975 (102,3). Il a ensuite baissé de 0 en moyenne chaque année entre la cohorte de 1991 et celle de 2005 (99,4). Les chercheurs ont découvert le même schéma en examinant les années d’études plutôt que les QI, car les scores d’aptitude n’étaient pas disponibles pour les femmes. Les auteurs proposent plusieurs réponses possibles, notamment « des changements dans l’exposition ou la qualité de l’éducation, l’évolution de l’exposition aux médias, la détérioration de la nutrition ou de la santé, et les conséquences sociales d’une immigration accrue. » L’article fournit peu d’informations sur les causes non sociologiques et non génétiques qui ne sont pas abordées dans l’essai et qui devraient faire l’objet d’une enquête plus approfondie : nous savons que l’espérance de vie n’a cessé de croître et que la qualité de l’éducation est une notion amorphe. Quant à l’immigration, étant donné qu’aucun immigrant n’a été étudié, on peut se demander quel impact ils auraient sur les résultats. « Bien que nos résultats suggèrent que les influences environnementales et leur influence diffèrent selon les familles, nous ne sommes pas en mesure d’identifier la structure causale sous-jacente des effets environnementaux », résument les chercheurs.

QI n’indique pas nécessairement le vrai niveau de l’intelligence

La créativité, ou l’originalité des idées d’une personne, est également un indicateur clé de la réalisation de soi. Selon les chercheurs, psychologues, d’une étude américaine publiée en 2017, « les génies reconnus n’ont pas forcément un QI élevé.  » Ainsi, selon Todd Lubart, psychologue à l’Université de Paris-Desc

En outre, les tests de QI doivent être mis en perspective. En 2005, alarmés par les « dérives » qu’ils constatent chez les familles qui s’empressent de classer leurs enfants en fonction de leur QI, des psychologues déclarent : « Il serait absurde de prétendre qu’une personne ayant un QI de 120 est « deux fois » plus intelligente qu’une personne ayant un QI de 60. Enfin, ce score « n’a pas de signification en soi » car il doit ensuite être comparé aux autres informations fournies lors d’une évaluation psychologique approfondie (observations qualitatives et cliniques, situation familiale de l’enfant, vie culturelle et éducative, études complémentaires, fonctionnement de la personnalité, etc.)

De multiples raisons à la baisse du QI

Est-ce la faute des écoles ou des médias ? Est-ce la faute de la télévision et des autres formes de divertissement ? Est-ce dû à l’immigration ? Est-ce à cause d’une mauvaise alimentation ? Du déclin des idéaux éducatifs ? Du fait que les personnes de QI inférieur ont plus d’enfants, ce qui entraînerait une sélection naturelle à l’envers ? Ces hypothèses ont toutes été avancées, mais le professeur Larivée estime que notre détérioration intellectuelle collective est multifactorielle. Le documentaire Demain, tous crétins ? attribue la cause de notre déchéance aux perturbateurs endocriniens présents dans les pesticides, les cosmétiques et les médicaments. »C’est une hypothèse assez solide », convient Larivée, qui défend également le test de QI malgré sa mauvaise réputation. « Le « test de QI » est l’un des tests les plus fiables en psychologie », ajoute Larivée. Si quelqu’un me dit que les QI sont culturellement biaisés, je lui offre un repas gratuit s’il peut m’apporter ne serait-ce qu’un seul.

La baisse d’intelligence même parmis les privélégiés

Des chercheurs norvégiens ont publié lundi un article dans Proceedings of the National Academy of Sciences qui révèle que l’étourderie ne se limite pas à la société dans son ensemble, mais se manifeste également au sein des familles au fil du temps. Ils ont découvert cette tendance en examinant les statistiques de la conscription militaire de 1962 à 1991. La baisse du QI chez les hommes norvégiens a commencé dès 1975. Selon les auteurs, le fait que la baisse se produise au sein d’une même famille exclut plusieurs théories, comme celle de l’immigration (certains experts ont suggéré qu’une baisse générale du QI est due aux immigrants provenant de pays où les scores intellectuels moyens sont plus faibles en raison du système éducatif, par exemple). Les auteurs rejettent également l’explication de « l’évolution inverse » selon laquelle les personnes ayant un QI plus faible ont plus d’enfants, augmentant ainsi le pool de faibles intellects par le biais de facteurs génétiques. « Cela n’annule pas complètement cette hypothèse, mais cela la tempère. En général, il est admis que les personnes moins intelligentes ont plus d’enfants. J’en ai quatre, par exemple »

Baisse du niveau scolaire pour expliquer une baisse cognitive

Selon les chercheurs, cette chute peut être attribuée à la baisse de qualité du système scolaire, à une éducation à la maison moins rigoureuse ou à des questions de santé (aliments moins nutritifs, moins d’exercice et exposition aux polluants). « Je commencerais par examiner l’éducation puisqu’il existe de nombreuses preuves que la scolarisation à grande échelle a une influence causale sur le QI d’une population », Ole Rogeberg. Selon Rogeberg, il s’agit toutefois d’une « intuition personnelle » Selon Serge Larivée, l’école est également le premier facteur qu’il mentionne comme cause du déclin de notre intelligence sociale. « L’excuse selon laquelle l’échec favorise la diminution de l’estime de soi n’est plus acceptée. C’est ridicule », ajoute-t-il.

La richesse comme lien avec l’intelligence

Selon Serge Larivée, il existe une théorie qu’il considère comme « extrêmement dangereuse » selon laquelle l’écart de QI se creuse entre les personnes ayant grandi dans des circonstances favorables et celles qui ne l’ont pas fait. Cela pourrait expliquer pourquoi plusieurs nations occidentales ont connu une baisse généralisée de leur intelligence. « Ce n’est pas quelque chose que je veux. Cela donnerait du pouvoir à tous les despotes de la Terre.

Les pesticides à l’origine de la diminution du QI

Le chlorpyrifos, un insecticide et acaricide utilisé sur les cultures, le bétail et les pelouses, peut être trouvé dans presque toutes les plantes ou animaux comestibles. Il est même présent dans l’urine des nourrissons et dans le cordon ombilical des futures mamans.

Ce produit chimique a été conçu pour remplacer le DDT mortel en 1965, et il a des effets néfastes sur le développement neurologique des enfants qui « semblent être permanents, irréversibles et à vie »

L’Académie américaine de pédiatrie, qui milite depuis 2012 pour l’interdiction de ce pesticide, a publié en mars une déclaration exhortant les 50 États à l’interdire. Selon l’organisation HEAL, les enfants qui sont exposés au chlorpyrifos dans l’utérus ou au début de leur vie peuvent développer des problèmes de développement neurologique plus tard dans la vie – entraînant des modifications structurelles du cerveau

Le pesticide chlorpyrifos ne répond pas aux critères requis par la législation européenne pour son renouvellement en tant que produit chimique approuvé dans l’Union européenne, selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) en août 2019. Il est prévu qu’il soit interdit dans toute l’Europe d’ici 2020 à la suite de ce constat.

Le cannabis a un impact sur les fonctions cognitives

On ne sait toujours pas si le cannabis a un impact négatif sur le cerveau en général, et surtout lorsqu’il est utilisé fréquemment. En outre, l’usage généralisé du cannabis en Occident, dont les effets sur le cerveau restent à prouver, fait débat. Selon certaines recherches, la consommation régulière et excessive de cannabis pourrait réduire le QI de 8 points.

Les causes génétique et sociologique

Selon une recherche génétique islandaise publiée dans la revue PNAS en 2016, on peut supposer qu’un facteur démographique est à l’origine du déclin du QI moyen occidental. Cette hypothèse repose sur le fait que, parmi les personnes ayant un QI élevé, la propension à procréer serait plus faible en raison d’une longue participation aux études supérieures. Par conséquent, ces personnes seraient sous

L’Asie a les élèves au plus haut QI

Selon les recherches du Britannique Richard Lynn, professeur émérite de psychologie à l’Université d’Ulster (Irlande du Nord) et du Finlandais Tatu Vanhanen, professeur émérite de sciences politiques à l’Université de Tampere (Finlande), plus de 80 pays ont été classés en fonction de leur QI moyen entre 2002 et 2006[1]. Voici les résultats

Autre point de vue: Sommes-nous plus bêtes qu’avant ?

Non, nous ne sommes pas plus stupides que nous l’étions auparavant. En fait, nous sommes peut-être plus sages que nous l’étions auparavant.

Peut-on quantifier l’intelligence ?

Il existe un concept scientifique connu sous le nom d’intelligence générale, qui se définit comme la capacité à raisonner de manière logique et abstraite. Ce concept est basé sur l’administration d’une batterie de tests multiples pour évaluer toutes nos capacités intellectuelles, puis sur la moyenne des résultats. Après avoir calculé cette moyenne des scores, on essaie de la rapporter à la population d’un pays afin qu’elle. Ces scores sont comparables d’une génération à l’autre, et nous pouvons maintenant le faire pendant plus d’un siècle. Nous avons vu que ces scores de QI se sont considérablement améliorés au cours du siècle dernier. Si nous utilisons le QI moyen d’aujourd’hui pour le comparer à celui d’une personne brillante d’il y a un siècle, il serait équivalent à celui d’un individu exceptionnellement doué d’aujourd’hui.

Quelles sont les raisons de cette progression ?

Une meilleure nutrition et une meilleure santé ne sont que quelques facteurs qui peuvent y contribuer. La croissance du cerveau de l’enfant est influencée par ces deux variables. En outre, l’amélioration de l’éducation de tous les enfants qui vont à l’école, ainsi que le fait qu’ils y vont tôt et y restent plus longtemps qu’auparavant, indiquent que leur cadre familial et social s’est considérablement amélioré.

Les jeunes sont-ils plus bêtes qu’avant ?

C’est très probablement le résultat d’un biais cognitif. Il était autrefois très apprécié d’avoir beaucoup de connaissances factuelles, comme connaître tous les départements et leurs capitales, comprendre toutes les dates de l’histoire, etc. Ce type d’informations est beaucoup moins important aujourd’hui. Cependant, les jeunes d’aujourd’hui ont acquis de nombreux talents que les générations précédentes ne possédaient pas. L’idée que vous êtes un expert dans l’utilisation d’instruments technologiques compliqués, dans la navigation sur le Web, etc. Ce sont tous des talents qui paraissent simples aujourd’hui mais qui ne nous sont pas apparus évidents parce qu’ils ont été cultivés dans une atmosphère qui les favorise.

Le niveau du bac s’est tout de même effondré…

Oui, il est vrai que le niveau de certains examens comme le baccalauréat, par exemple, a diminué au cours des 30 dernières années. Il suffit de regarder les cours pour s’en rendre compte. Néanmoins, il faut considérer que cela ne représente pas une baisse typique de l’ensemble de la population. Aujourd’hui, 80 % d’une génération obtient son

Le Q.I. est-il destiné à s’améliorer ?

Cependant, lorsque nous adoptons une vision plus large et que nous considérons le monde entier, il n’y a pas de tendance à la baisse. Ce que nous observons, c’est un ralentissement de l’augmentation des résultats des tests de QI au cours des deux ou trois dernières décennies. Étant donné que nous sommes limités par notre corps, notre cerveau de 100 milliards de neurones et d’autres facteurs tels que le vieillissement et la maladie, c’était tout à fait prévisible. Il en va de même pour l’espérance de vie : elle a beaucoup augmenté au fil du temps, mais nous ne vivrons pas jusqu’à 200 ans.

Le déficit d’attention est-il en hausse ?

Il est difficile de déterminer si notre attention s’est relâchée. Ce qui est certain, c’est que notre environnement est différent ; il y a beaucoup plus d’attraits externes qui se disputent notre attention, ce qui rend plus difficile de rester concentré pendant une demi-heure en lisant un livre, puisqu’il y a toujours un SMS ou un téléphone qui sonne. Nous devenons esclaves de nos gadgets qui nous appellent constamment, et nous devons être capables d’en garder le contrôle afin de savoir comment éteindre le téléphone lorsque nous voulons nous concentrer sur une tâche pendant 20 minutes.

La pollution tue l’intelligence ?

Certaines personnes ont pris au sérieux les résultats de quelques études montrant une tendance à la baisse des scores de QI, et ont immédiatement produit des théories telles que l’exposition aux perturbateurs endocriniens, aux pesticides, ou l’impact des écrans. La baisse de l’intelligence devrait déjà être démontrée ; elle ne l’est pas. Même dans les pays où cela a été prouvé, comme le Mexique, où la population est minuscule et l’activité agricole faible, ceux-ci sont bien moins exposés aux pesticides que les Américains ou les Chinois dont les scores de QI ne cessent d’augmenter. Les explications proposées jusqu’à présent pour expliquer cette éventuelle baisse du QI ne semblent pas convaincantes.

Une réflexion sur « Baisse du q.I. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *