la depression de l’enfant

Avez-vous un enfant qui éprouve une tristesse intense ?

La dépression chez les enfants peut être difficile à reconnaître. Les symptômes de la dépression peuvent inclure l’irritabilité, l’anxiété, la colère, l’isolement social et des changements dans l’appétit ou les habitudes de sommeil. Si votre enfant présente l’un de ces symptômes pendant deux semaines ou plus, il est important de discuter avec son médecin pour savoir s’il peut être déprimé.

Il n’est pas toujours facile de savoir si un enfant est déprimé, mais il existe des signes communs que les parents doivent surveiller, comme le fait de se sentir triste la plupart du temps et de ne plus s’intéresser aux activités qu’il aimait auparavant. D’autres signes peuvent inclure le fait de parler de suicide ou de mort, d’avoir des difficultés à se concentrer à l’école, de se retirer des amis et des membres de la famille et d’agir de façon imprudente sans penser aux conséquences (par exemple, avoir un comportement sexuel à risque). Ces comportements peuvent également indiquer d’autres problèmes de santé mentale, comme un trouble bipolaire, et seul un diagnostic professionnel permettra de déterminer la nature réelle du problème.

Action : Parlez-en à votre pédiatre dès aujourd’hui si vous pensez que votre enfant pourrait souffrir de dépression !

Qu’est-ce que la dépression chez l’enfant ?

La dépression est un trouble de l’humeur qui touche environ 3 % des enfants âgés de 3 à 17 ans.

Elle apparaît le plus souvent vers 10-12 ans, mais elle peut survenir avant cette période ou, dans de rares cas, dès la petite enfance. Certaines personnes souffrant de dépression éprouvent des sentiments persistants tels que la tristesse, l’impuissance, le vide, le désespoir et l’inutilité, ce qui les amène à perdre tout intérêt pour les activités quotidiennes agréables. Il a été démontré que la dépression a des conséquences non seulement sur ce qu’ils ressentent mais aussi sur leurs capacités de réflexion, ce qui rend ces jeunes plus susceptibles d’adopter des comportements à risque

Les causes de la dépression chez l’enfant ?

L’environnement d’un enfant peut avoir un impact significatif sur le fait qu’il développera ou non une dépression. Si l’enfant est vulnérable dans ces trois domaines, il a plus de chances d’être affecté par cette maladie ; toutefois, cela n’est pas automatique et d’autres facteurs entrent également en jeu.

Voici quelques exemples de ce qui peut causer la vulnérabilité : la génétique (population homogène), les déficiences de tempérament où les gens ne sont pas facilement déprimés rapidement parce que leurs systèmes réagissent fortement d’une façon – par exemple, la manie- le trouble bipolaire qui commence généralement avant l’âge de 15 ans-, etc… D’autres causes peuvent découler de choses telles que le manque de réseau de soutien social à la maison

  • L’un des deux parents biologiques a ou a eu un trouble de la santé mentale. Cela entraîne souvent de nombreuses difficultés pour élever des enfants, notamment un risque accru de dépression et de maladie bipolaire. La maladie mentale peut sérieusement affecter votre vie, comme ce fut le cas pour l’arbre généalogique de ce parent, car il est incapable de vous apporter un soutien émotionnel au moment où vous en avez le plus besoin, ce qui affecte la façon dont vous vous sentez vous-même..
  • Les scientifiques ont récemment découvert que le cerveau n’est pas un organe unique, mais plutôt un réseau entier de tissus interconnectés. Lorsque ce réseau fonctionne mal, il peut provoquer toutes sortes de problèmes tels que la dépression et l’anxiété. Cette nouvelle compréhension a de nombreuses implications sur la façon dont nous devrions traiter les troubles mentaux comme ceux-ci, qui impliquent un dysfonctionnement important de certains composants ou régions de notre cerveau.
  • Un enfant qui vit avec une maladie chronique ou une condition médicale particulière est plus à risque de développer une mauvaise santé. Les manifestations de cette situation peuvent inclure l’asthme, l’eczéma et les allergies ; des problèmes orthopédiques, notamment une démarche maladroite due à une paralysie de la spina bifida occulta Mubarak majesté (SBPMP) ; des retards de développement causés par une encéphalopathie ou/et une tusomalie – un retard mental qui se produit lorsqu’il y a eu des dommages causés à l’intérieur du cerveau généralement avant la naissance ; des problèmes cardiaques tels que des défauts congénitaux en conjonction avec une anomalie du canal AV causant une insuffisance cardiaque pendant l’enfance . Et bien d’autres encore !
  • L’environnement familial peut avoir un impact important sur la santé mentale. Les abus physiques ou sexuels, la violence au sein de la famille, les situations de conflit où il y a des tensions entre les partenaires et/ou le manque de communication sur des sujets importants entraînent tous des taux plus élevés de dépression chez les enfants qui vivent avec ce genre de situations au quotidien, bien avant d’être assez âgés pour apprendre à se débrouiller lorsqu’ils sont confrontés à des défis difficiles plus tard, à l’âge adulte !
  • La liste des facteurs de stress est sans fin. Vous pouvez vous sentir rejeté par vos amis ou votre famille, intimidé dans votre recherche d’emploi et même ignoré lorsque vous avez besoin de l’aide de votre partenaire de vie ! Mais ne vous laissez pas impressionner par ces petits facteurs ; ce qui compte le plus, c’est la façon dont nous y réagissons – nous motivent-ils ? Ou bien cette personne aurait-elle pu être une source d’inspiration potentielle et au lieu de cela, tout s’est réduit…
  • Il peut être difficile de s’adapter lorsque l’on se trouve dans un nouvel environnement. Les changements récents, comme la séparation des parents ou la perte d’un être cher, rendent la situation encore plus difficile pour les enfants et les adolescents qui doivent faire face à ces problèmes en plus des défis habituels comme l’adaptation à l’école. L’important n’est pas toujours la façon dont ils gèrent intérieurement la situation, mais aussi le fait d’avoir quelqu’un à leurs côtés pour que, quoi qu’il arrive, l’adolescent se sente soutenu tout en rendant cette période difficile plus facile que possible

Comment distinguer l’anxiété de la dépression chez l’enfant ?

L’anxiété est courante chez les enfants et les tout-petits, mais il ne faut pas la confondre avec la dépression. Avant de diagnostiquer un enfant pour l’un ou l’autre de ces troubles, le médecin essaiera d’abord de détecter s’il souffre ou non d’un trouble anxieux en posant quelques questions sur son humeur ainsi que sur d’autres facteurs tels que les troubles du spectre TDAH, les TSA (troubles du spectre autistique), le syndrome de Gilles de la Tourette, la maladie bipolaire .

Quels sont les symptômes de la mélancolie chez les jeunes ?

Voici les indicateurs les plus courants de la dépression chez les enfants: Tous les jeunes ne présentent pas les mêmes symptômes. Certains, par exemple, dormiront plus que d’habitude tandis que d’autres s’endormiront moins facilement. Un enfant souffrant de dépression peut présenter un ou plusieurs des signes suivants :

  • Un sentiment de mélancolie qui ne s’estompe pas ;
  • Irritabilité qui sort de l’ordinaire ;
  • Maux de tête, maux d’estomac et autres types d’inconfort physique ;
  • Difficulté à s’endormir;
  • Des changements d’appétit ou de poids, qui peuvent être causés par une alimentation inadéquate (l’enfant ne grandit plus comme prévu).
  • le manque de volonté, un mauvais jugement et une mauvaise attitude peuvent tous contribuer à la baisse du niveau d’énergie d’une personne
  • Isolement excessif ou continu d’un jeune
  • Il y a une perte totale d’intérêt pour les jeux, les passe-temps et autres passe-temps ;
  • Changements à l’école ou à la garderie (dans la conduite, les habitudes ou les performances du jeune) ;
  • Une faible estime de soi, par exemple, c’est un jeune qui croit « Je suis nul »

Les jeunes enfants sont plus enclins à présenter divers symptômes lorsqu’ils sont déprimés, car ils ont une compréhension réduite des émotions qu’ils éprouvent et ont encore du mal à les exprimer. Ils peuvent, par exemple, avoir des larmes ou des crises de colère.

Si votre jeune présente des symptômes de dépression, que devez-vous faire ?

Si votre jeune semble être déprimé, vous devriez obtenir une aide professionnelle. Cependant, en tant que parent, vous avez également un devoir à jouer pour aider la santé générale de votre enfant et établir une bonne routine quotidienne.Par exemple :

  • Partagez vos sentiments et vos émotions avec lui ; montrez-lui que vous êtes là pour lui.
  • passez de bons moments avec lui (moins de télé, plus de sorties)
  • Profitez de cette occasion pour établir un rapport dans un cadre naturel avec l’autre en offrant le cadeau de l’empathie et en démontrant que vous comprenez leurs sentiments.
  • Les enseignants peuvent aider les enfants qui luttent contre l’anxiété en leur apprenant à pratiquer des techniques simples de relaxation ou de méditation.
  • En outre, il est important que votre jeune ait un mode de vie sain avec des repas équilibrés et variés, un sommeil suffisant, un exercice régulier, etc.

Quand faut-il consulter un médecin ?

Si vous remarquez que les symptômes de dépression de votre enfant durent plus de deux semaines, n’hésitez pas à contacter un professionnel de la santé. D’autre part, si vous n’êtes pas sûr de ce qui se passe avec votre enfant et que vous vous inquiétez pour lui, n’attendez pas plus longtemps pour obtenir de l’aide. Il est préférable de demander de l’aide même si cela s’avère inutile.

Que dois-je faire ?

Si votre enfant présente des symptômes de dépression, vous pouvez contacter le 811 et choisissez l’option info-social pour parler immédiatement à un travailleur social. Vous pouvez aussi vous adresser à:

  • Vous devriez pouvoir trouver un médecin de famille ou un pédiatre qui verra votre enfant
  • votre CLSC (programme CAFE : CRISE-ADO-FAMILLE-ENFANCE ou services de santé mentale pour enfants et parents);
  • une infirmière, un psychologue ou un travailleur social du milieu communautaire ou scolaire;
  • un psychologue en pratique privée.

N’ayez pas peur de poser des questions à votre médecin de famille ou de lui demander des ressources pertinentes pour votre région, ainsi que des références à d’autres spécialistes. Le médecin de votre enfant sera également en mesure de déterminer s’il a besoin d’une consultation avec un pédopsychiatre.

Traiter la dépression chez les enfants

Traitement psychologique de la dépression

La première étape consiste à analyser le jeune et son environnement. Cette étape est cruciale et doit être réalisée avec l’aide des personnes qui connaissent bien l’enfant. Elle permet de mettre en œuvre diverses tactiques psycho-éducatives pour améliorer l’environnement de l’enfant, comme la création d’une routine apaisante.

La psychoéducation professionnelle est le processus qui consiste à informer les parents (ou la famille) des difficultés de santé mentale d’un enfant et à les conseiller sur les moyens d’améliorer la situation. L’une de ces premières étapes consiste à informer les parents de ce qu’est la dépression, de la durée de la thérapie et du suivi auquel ils doivent s’attendre. Il est possible que des suggestions telles que des ajustements de la routine ou du mode de vie puissent aider le jeune.

Un projet de recherche de deux ans a permis d’acquérir de nouvelles connaissances sur le développement de la petite enfance. L’étude s’est penchée sur l’influence de l’âge sur le développement des émotions des enfants, montrant que certaines phases sont particulièrement importantes pour la compréhension des émotions. Cette phase aide également les parents et, en de rares occasions, d’autres membres de la famille (grands-parents, frères et sœurs) à mieux reconnaître et comprendre les sentiments de leurs jeunes.

Traitement à base de Psychothérapie

Dès l’âge de trois ans, la thérapie familiale peut être utilisée, en fonction des besoins du jeune. La thérapie par le jeu, le dessin, etc. peut être employée avec les tout-petits. La psychothérapie individuelle peut également commencer à un plus jeune âge si l’enfant est assez grand pour être seul avec un thérapeute. C’est généralement vers l’âge de 8 ans chez les enfants.

Traitement à l’aide de Médicaments

Enfin, si ces thérapies psychoéducatives et la psychothérapie n’aident pas l’état du jeune, le médecin envisagera la prise de médicaments antidépresseurs

Cette thérapie est généralement administrée en conjonction avec les deux autres traitements décrits ci-dessus pour les dépressions modérées à sévères. Les antidépresseurs sont rarement prescrits avant l’âge de 12 ans, bien qu’ils puissent être obtenus dès l’âge de 8 ans.

La réponse dépendra donc des symptômes et d’autres facteurs tels que l’âge de votre enfant. Cependant, il y a des cas où les médicaments peuvent être administrés plus rapidement ou à des enfants plus jeunes : par exemple, en cas d’anxiété sévère ou si les thérapies n’ont pas donné de résultats positifs après une période donnée

Même si les parents sont séparés, une ordonnance doit être approuvée par les deux. Un médecin ou un pédopsychiatre doit garder un œil sur le jeune pendant toute la durée de la thérapie.

La dépression chez les enfants de moins de 5 ans

La dépression n’apparaît généralement pas avant que l’enfant ait 3 ans ou moins, mais elle peut survenir à tout âge. Les tout-petits ayant des antécédents familiaux de dépression sont plus susceptibles d’être déprimés. Les tout-petits qui ont un tempérament « dur » (en termes de maîtrise de soi, d’attachement et de crises de colère) depuis la naissance et qui sont sensibles dès le départ sont également plus à risque.

Un bébé né d’une mère déprimée pendant la grossesse ou jusqu’à trois ans après l’accouchement est également plus susceptible de devenir triste. Cela peut être dû au fait que la mère n’a pas pu établir un lien émotionnel sûr avec son jeune pendant sa dépression. La dépression chez le père peut également avoir un impact sur le nourrisson.

Lorsque les parents biologiques ont souffert de dépression clinique, le risque que leurs enfants la développent est trois à cinq fois plus élevé. Si vous vous sentez déprimé, il est crucial que vous obteniez de l’aide le plus rapidement possible. Toute votre famille bénéficiera de vos efforts.

En résumé

  • La dépression est une maladie mentale qui a un impact sur l’intellect, l’humeur et le comportement d’un jeune.
  • Si les symptômes dépressifs mineurs sont peu fréquents chez les jeunes enfants, ils peuvent survenir à tout âge.
  • Si vous êtes inquiet pour votre enfant, n’attendez pas plus longtemps pour obtenir de l’aide car la dépression doit être traitée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *